Ce que la pratique de la méditation a apporté à mon quotidien

Entre les intertitres et les conseils d’écriture, je vous offre une pause, une respiration. Et si s’accorder quelques minutes par jour permettait de faire table rase de ses pensées et de ses angoisses ? Voici comment la méditation m’a ouvert de nouveaux horizons personnels et professionnels.

Ne vous attendez pas à trouver des révélations christiques ou tonitruantes dans les paragraphes qui vont suivre, mais un modeste témoignage des bienfaits de la pratique méditative. Laquelle doit rester, j’en suis convaincu, une parenthèse personnelle, privée. Certainement pas l’étendard d’une transformation spectaculaire.

Je n’ai ni révolution intérieure, ni révélation inspirante à vendre, ni même l’intention de rapprocher le terme bonheur du monde du travail. Juste quelques ressentis à offrir et à partager sur les bienfaits de cette pratique dans ma vie d’homme… et de freelance angoissé.

Pourquoi je me suis mis à la méditation

Je peine à dater le moment où j’ai installé cette nouvelle habitude dans mon quotidien, mais je peux précisément en décrire l’inspiration. Il s’agit d’un documentaire diffusé par ARTE en 2017 sur les vertus de la méditation.

Je peux également en évoquer le contexte. Je souffre de crises d’angoisse diffuses, depuis mon plus jeune âge. Une pathologie sourde qui s’est souvent exprimée sous des formes intimidantes, notamment des crises de myoclonie à mon adolescence et, plus récemment, un diagnostic d’algoneurodystrophie.

Quelles que soient les manifestations de l’angoisse, les réponses médicamenteuses n’ont jamais permis de soigner les causes profondes de l’angoisse. Le mal à sa racine. Elles ont simplement servi à atténuer la douleur. Alors, j’ai cherché des remèdes dans les médecines douces.

C’est un autre documentaire diffusé par Netflix, « Heal », qui a fortement contribué à m’ouvrir à d’autres moyens, plus naturels ceux-là, de calmer ces angoisses et de retrouver une forme de sérénité dans mon quotidien, donc dans mon activité professionnelle.

C’est ainsi que j’ai tenté des approches différentes, dont la kinésiologie et l’acupuncture (plus récemment encore), avec beaucoup de contentement. Forcément, dans ce grand mouvement intérieur, la méditation s’est invitée à ma table, l’été dernier.

J’avais envie que cette pratique soit privée, j’ai dès lors naturellement cherché un site web ou une application plutôt qu’un atelier ou un groupe. J’ai beaucoup hésité entre Petit Bambou et Headspace. Petit Bambou m’a convaincu, par son approche francophone et douce, de m’abonner. La voix de Mathilde a essuyé mes premières défaites, mais surtout mes premiers succès.

Petit Bambou, application de méditation de pleine conscience francophone.

Qu’est-ce que la méditation de pleine conscience ?

La « pleine conscience » est la traduction française du concept de mindfulness, introduit par Jon Kabat-Zinn pour décrire l’état recherché dans une pratique de méditation ayant pour but la réduction du stress et de l’angoisse (MBSR) et la prévention des état dépressifs.

Loin de moi l’idée de prétendre que la pratique que j’ai adoptée relève de la « méditation de pleine conscience » stricto sensu. J’ai, comme des millions d’autres, lu « Pouvoir du moment présent » par Eckhart Tolle. Pour y trouver non seulement des réponses intelligibles, mais également une forme d’assurance : ce n’est pas une méditation zen ou transcendantale, mais surtout un rendez-vous avec soi-même. Naturel, improvisé, faillible, parfois vain, parfois vertigineux. Humain avant tout.

J’aime l’expression « présence attentive », qui caractérise parfaitement ce vers quoi je tends.

Quel est le meilleur moment pour méditer ?

Je me suis promis d’un jour démarrer la journée par la méditation, mais je peine à m’y mettre (l’idée du réveil à 5h, sans doute). De nombreux praticiens évoquent pourtant le matin comme un moment idéal pour libérer les pensées et entamer une journée sur des bases saines.

Parce qu’il fallait bien trouver un moment régulier, le rendez-vous de 17h s’est installé naturellement, durant 20 minutes, dans ma semaine de travail. Bien entendu, certains jours sont plus productifs que d’autres. Certains jours sont plus dissipés que d’autres. Et parfois, c’est un rendez-vous manqué. L’important est de ne pas décrocher.

Nous vivons dans un environnement stressant : la voiture, le trafic, la ville, le bruit, les appels, les messages, les notifications, les informations, les factures. Dans mon cas, il faut parfois jongler entre plusieurs clients ou, dans mon activité de copywriting, écrire des paragraphes à la chaîne. S’imposer un moment de recul n’est pas un luxe : c’est une nécessité pour se ressourcer. Qu’il s’agisse de 5, 10, 20 minutes ou davantage, la régularité doit être la seule règle imposée.

Je vous parle une fois de plus d’intuition. Et celle-ci me porte à croire qu’en dehors de ces rendez-vous fixés avec soi-même sur base régulière (journalière, si possible), chaque moment de la journée peut être propice à une forme de méditation de pleine conscience. Un trajet en bus. Une pause au bureau. La salle d’attente d’un dentiste. Il m’est également arrivé, au bassin de natation, de m’isoler dans un coin tranquille pour respirer en conscience.

Quel endroit choisir pour méditer ?

Peu importe, il faut être bien et disposé. Sur un coussin de méditation, en position de lotus ou tout simplement assis, dans une posture digne et droite, pour garder une conscience de présence du corps.

La posture idéale doit ressembler à celle-ci :

Sur un coussin de méditation, en position de lotus ou tout simplement assis, dans une posture digne et droite, pour garder une conscience de présence du corps.

Libre à vous d’adopter la position qui vous convient.

Ensuite, bien sûr, il faudrait faire le vide, mais ne vous leurrez pas, c’est un combat perdu d’avance. Il faut surtout faire « son petit possible ». Bien que je vive dans un environnement serein dans le Sud de Bruxelles, il est souvent difficile d’échapper aux bruits et stimuli extérieurs. Ils me perturbent beaucoup (enfants, animaux, véhicules). J’ai donc trouvé pour parade : l’utilisation d’un casque d’écoute avec réduction de bruit.

En fonction de l’état de sérénité qui m’anime, je choisis de suivre une méditation guidée avec Petit Bambou ou de diffuser des sons relaxants pour une méditation plus solitaire. Là aussi, les applications ne manquent pas et Calm Radio y excelle, mais il existe moult listes de lecture Spotify, Apple Music ou Deezer, pour trouver l’inspiration et méditer en paix.

Pour méditer en musique, l'application Calm Radio pour iOS et Android.

La pleine conscience au quotidien

La méditation conviendra aux introvertis, mais elle n’exclut personne. Il est inutile de viser trop haut. Il faut tout simplement faire avec ce que l’on est. Avec humilité et courage. Chaque jour. Ou demain si aujourd’hui ne s’y prête pas.

La pleine conscience s’imprime dans le quotidien. Elle irradie.

J’ai croisé divers profils de personnes intriguées par la pratique de la méditation. Certains sont fascinés et entrent rapidement en connexion avec la pratique. D’autres nourrissent une angoisse (irrationnelle, selon. moi) à l’idée de lâcher prise. C’est pourtant un prérequis. Cette résistance à la méditation m’apparaît clairement comme un symptôme. Comment sinon expliquer la résistance au changement intérieur ? Toutefois, je ne suis ni médecin ni thérapeute. Une fois de plus, mon intention est d’apporter un témoignage personnel.

Les bienfaits de la méditation

Ils sont multiples et se ressentent après quelques semaines déjà. J’ai tenté de les sérier :

  • Une plus grande attention au moment présent, face aux envahisseurs classiques (le passé, le futur);
  • La manifestation d’une concentration générale plus vive (notamment en radio dans des situations de gestion du temps) ;
  • Une maîtrise de la respiration plus grande, par le ventre notamment;
  • Une capacité accrue à gérer les situations du quotidien au travail (le stress, le temps, les relations à autrui);
  • L’absence d’esprit de compétition dans le sport, mais, plus simplement, l’envie d’être bien.
Bienfaits de la méditation - Mind & Body Healing (Ce qu'apporte la méditation de pleine conscience)

Exemple de méditation de pleine conscience (10 minutes)

Parce qu’il faut s’y mettre pour en parler, voici une méditation guidée assez simple à suivre et d’une durée limitée (mais suffisante à mes yeux), au son de la voix de Bernard Giraudeau.

Conclusion : laissez-vous guider

Ne vous découragez pas. Ne vous imposez rien. Laissez-vous porter par le pouvoir du moment présent. Il irradiera votre quotidien. Il vous guidera. Dans votre relation à vous-même, dans votre couple, dans le trafic et pourquoi pas dans votre travail (lisez cet article du journal Le Soir). Il n’y a rien de plus extraordinaire à gagner, après quelque temps d’assiduité, qu’une plus grande connexion à soi-même. C’est déjà immense.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.