Trouver un bon titre pour un article ou un blog

Un bon titre est un élément déterminant à la fois dans l’acte d’écriture d’un article et dans la décision de lecture. Sur internet, un titre doit être explicite (pour être bien référencé) et accrocheur (pour motiver le lecteur). Comment faire?

Sans titre, pas de lettre de noblesse

Un article en ligne – qu’il soit publié sur un blog ou une simple page web – est un exercice dont aucun élément ne doit être négligé. S’il est bien construit et bien rédigé, l’article sera lu et pourra même convertir certains lecteurs en (ce que l’on pourrait qualifier de) « leads ».

Sa construction sera pourtant vaine sans un titre, réfléchi et unique (donc original). Mauvaise nouvelle: le choix du titre n’obéit pas aux mêmes règles qu’un article de presse écrite classique. L’ère du référencement naturel est passé par là.

Il convient donc de le soigner en appliquant de bonnes pratiques qui diffèrent de celles prodiguées dans les écoles de journalisme et de traduction.

Un titre de presse n’est pas un titre de blog

En préface d’un livre consacré au journal Libération, Serge July écrivait : « Le journal est parvenu à capter non seulement l’air du temps, mais les mots qui s’en amusent, qui en disent la dérision. » Il est vrai que le quotidien a souvent brillé par l’audace de ses titres et de ses unes. On se souvient ainsi du retour de Berlusconi sur la scène politique italienne, illustré ainsi (« Le retour de la momie »).

Titre emblématique de une par libértion

Cette «une » (jouissive) comprend 5 mots seulement et absolument tous les ingrédients d’un titre de presse percutant.

Malheureusement, à l’ère du référencement naturel, la cible est manquée. Pourquoi? Le moteur de recherche doit connaître le contexte pour renvoyer des résultats pertinents. L’image et l’abstraction sont donc forcément ses pires ennemis. Une recherche sur internet ne pourra renvoyer cette photographie qu’en réponse à une requête formulée (par exemple) ainsi : « une de libération avec berlusconi retour momie ».

Si vous cherchez un coupable aux (trop) nombreux articles de blog de type « 5 conseils pour », « 10 raisons de », « 3 destinations pour », « XXX : ce qu’il faut savoir », il est bien là. Toutefois, les titres stéréotypés ne sont pas une fatalité et sont même un mirage (la loi du nombre).

Solution : faire preuve d’originalité et d’audace pour s’en inspirer sans être noyé dans la masse: c’est aussi le travail du copywriting et de la rédaction web.

Conseils pour trouver un bon titre d’article

Pour soigner la rédaction d’un titre sur un blog (ou sur une page web de type article), appliquez quelques règles de bon sens.

Un titre:

  • reflète le contenu de l’article (ne cédez jamais à la tentation de la publicité mensongère);
  • ne comporte aucune faute d’orthographe (mais l’erreur est humaine et le risque zéro une illusion);
  • adopte une longueur se situant (peu ou prou) entre 5 et 10 mots;
  • ne dépasse pas 70 caractères (ou signes), espaces compris, ce qui permet à la phrase de s’afficher correctement à l’écran, dans un onglet et bien entendu dans un moteur de recherche;
  • doit assurer son référencement en utilisant des mots-clés qui inciteront les moteurs de recherche à indexer la page (au début de la phrase idéalement);
  • sera toujours unique et original, par opposition (voire résistance) aux kilomètres de titres stéréotypés cités plus haut;
  • va à l’essentiel en adoptant une structure de mots sans équivoque;
  • a toujours un «plan b»: les titres alternatifs sont utiles, alors conservez-les, car ils peuvent être plus adaptés à d’autres supports (LinkedIn, Facebook, Twitter).

La tendance aux « titres à rallonge »

Une nouvelle pratique consiste à créer des titres dont la longueur n’a parfois rien à envier au « chapeau » (l’accroche). L’objectif ici? Trouver un bon titre d’article pour faire du buzz, faire languir, faire cliquer ou jouer sur l’émotion. Exemple ci-dessous sur le site RTLInfo.be et commentaire d’un journaliste de la rédaction : « En plus, ça marche, les gens cliquent pour en savoir plus…« .

Exemple de titre pute à clic sur un site web

Je n’ai pas d’avis tranché sur la question et j’avoue que cela m’amuse autant qu’un magazine people dans une salle d’attente (à plus forte raison l’expression « enceinte jusqu’aux yeux »).

Plus sérieusement? Mon sentiment: on perd ici le sens du beau, du noble et de l’explicite au profit du « pute à clic ». J’en reste pour ma part aux bonnes pratiques citées plus haut.

Référencement naturel : le bon titre dans la bonne balise Hn

Trouver un bon titre d’article, certes, mais tous les rédacteurs web sont désormais conscients de l’impératif du référencement. On trouve nombre de guides pratiques pour un meilleur référencement sur Google. D’autres moteurs de recherche y trouveront d’ailleurs également leur compte. On pense bien sûr à Bing (propriété de Microsoft), Duckduckgo, mais également à Qwant, l’Européen.

Dans le domaine du référencement naturel, la balise Titre (Title) correspond à une balise établie dans les normes HTML communes à tous les navigateurs et moteurs de recherche. Ainsi, dans l’ordre des balises de type Hn, le titre occupe la première place, celle du H1. Si vous écrivez dans un éditeur de blocs (comme WordPress depuis l’introduction de Gutenberg), le « Titre » sera automatiquement inséré dans une balise « H1 », un élément très simple à vérifier depuis l’éditeur.

Exemple avec un article récemment publié sur ce blog.

Balise titre d’article dans WordPress

Conclusion

Le choix d’un titre judicieux et audacieux est une promesse, donc aussi une dette envers votre lecteur. Elle doit être tenue sur le fond pour susciter la lecture, l’intérêt et – ne soyons pas dupes ! – le partage en ligne. Et non, un bon titre ne fait pas un bon article, en presse écrite comme sur un blog.

Cédric Godart, l'artisan du contenu - Copywriting - Radio - Voix Off - Rédaction Web

Vous ne trouvez pas les mots?

Nous écrirons pour vous et cela peut tout changer.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.